D'une agence bancaire à un cabinet de dentiste

Luc Demeester est dentiste à Bruges depuis plus de vingt ans. Jusqu’il y a peu, il exerçait son activité dans un appartement. Le principal inconvénient à ce niveau était le nombre de petits locaux : le cabinet dans l’un, la salle de stérilisation dans l’autre, le labo, l’espace de rangement.... avec un va-et-vient constant en conséquence. Après une recherche ardue, il a enfin trouvé un bâtiment adéquat quelques rues plus loin. Une ancienne agence bancaire a ainsi formé la base idéale pour son cabinet de rêve.

 

“Lorsque j’ai vu le bâtiment, j’ai su immédiatement qu’il était parfaitement adapté à ce que j’avais dans l’esprit. Après quasiment vingt ans, je savais parfaitement à quoi devais ressembler mon cabinet idéal. La mise en forme de mes idées m’a pris des mois. Je souhaitais un cabinet spacieux et « clean » rempli de lumière, où le patient et moi-même n’aurions aucune impression d’enfermement”, nous raconte le dentiste.

 

Il travaille seul, sans assistante, et sur cette base, le concept de 2 cabinets a été développé sur une surface totale de 170 m². Le cabinet principal de 60 m² occupe une place centrale dans le bâtiment et comprend également à quelques pas de distance un bureau pour les patients, la stérilisation, l’armoire-labo et un coin OPG. Tout y est placé à portée de main. Un espace adjacent sert au stockage. L’ancien coffre de nuit sert à présent de volet de prélèvement pour le labo. Dans un second cabinet, de plus petite taille, il effectue les traitements intermédiaires plus rapides. Les compresseurs et les turbines d’aspiration sont logés dans la chaufferie.

Quand vous travaillez seul, une bonne organisation vous permet d’exploiter le temps disponible de manière efficace. C’est entre autres la raison pour laquelle je travaille avec un système complexe de raviers en combinaison avec un désinfecteur thermique. De cette manière, je suis en mesure de travailler rapidement et de façon hygiénique. L’investissement initial en matériel est en effet plus important, mais à long terme l’usure est moins rapide. Je traite entre 15 et 20 patients par jour, une bonne organisation est donc indispensable.”

 

Pour l’ensemble du projet, il a fait appel à toute une série de firmes. L’une d’entre elles est Denta, qui a fourni le matériel dentaire et les conseils techniques pour les installations. Comme architecte d’intérieur, il a choisi le bureau Project 5 de Diksmude. Danny Hoorelbeke n’avait encore jamais aménagé un cabinet dentaire, mais le courant est immédiatement passé entre les deux protagonistes, ce qui est le plus important. Il y a encore adjoint deux menuisiers : l’un pour le mobilier administratif dans la salle d’attente, l’accueil et les bureaux – le tout en chêne clair – et un autre pour le mobilier clinique, qui a été réalisé en formica gris clair.

 

L’ensemble du bâtiment a été déshabillé jusqu’au gros œuvre et tous les raccordements, chauffage, électricité, conduites d’eau et charpenterie ont été rénovés. L’intérieur complet est donc une nouvelle construction. Le suivi du chantier a été assuré par Project 5.

 

Le maître de l’ouvrage souhaitait créer une ambiance uniforme minimaliste avec des lignes sobres et des couleurs plutôt froides. Les larges passages autour du fauteuil, dans le couloir, autour de son bureau procurent une agréable sensation. Les parois de verre entre les cabinets et le couloir assurent une transparence visuelle du cabinet.

 

Dans le local qui formait jadis le coffre-fort de la banque se trouve à présent un bureau de nuit semi-ouvert qui a été aménagé pour l’administration et les archives. Cette rénovation ne s’est pas faite sans coup férir. Les murs étaient en béton armé de 40 cm d’épaisseur. Pour créer une ouverture plus large, le dentiste Demeester a dû rechercher une société spécialisée, die s’est attaquée aux murs à l’aide de lames diamant d’un demi mètre de diamètre. “Ce furent les travaux les plus radicaux. En souvenir, nous avons conservé un mur en béton. Celui-ci a été légèrement poli et verni. Nous avons également conservé au mur quelques reliques qui nous font repenser au coffre-fort.”

 

Le cabinet est très facile à entretenir. Vous n’y trouvez aucun câble, sauf aux endroits où il n’était pas possible de faire autrement : kart et pédale de commande. Tous les câbles ont été intégrés dans les murs, les parois, les bureaux. Les tuyaux de chauffage sortent des murs et pas du sol, afin de faciliter le travail de nettoyage.

 

Comme revêtement de sol, nous avons choisi un sol coulé en époxy avec des plinthes en alu. “Nous voulions un sol moderne, aux allures high-tech et sans aucun raccord pour attirer l’attention. La sous-couche fait environ deux millimètres d’épaisseur. Sur celle-ci nous avons coulé la couche supérieure. Celle-ci est disponible dans toutes les teintes et couleurs possibles. Nous avons choisi un sol gris clair avec un léger effet de flamme. Ma femme de ménage est aux anges pour ce qui est de l’entretien.”

 

Pour l’intérieur, seules deux couleurs ont été utilisées : la plupart des parois et des portes sont de couleur “chalk-grey” de Flamant, tandis que les murs accentués ont été peints en “smoke grey”, un gris un peu plus soutenu. Le mobilier administratif en chêne clair assure une note plus chaude.

 

Toutes les armoires ont été réalisées sur mesure. Le dentiste les a dessinées lui-même. Les armoires standard font généralement 50 cm de large. Il a dessiné des armoires de 60 cm de large et 55 cm de profondeur. Cela donne dans chaque tiroir une grande quantité de place supplémentaire.

“Pour dissimuler tous les câbles, il a souvent fallu rechercher une solution créative. Mais une fois le puzzle composé, vous êtes très content du résultat obtenu”.

 

Les éviers sont intégrés dans le plan de travail. Vous ne voyez pas non plus de poubelle sur le sol. Celles-ci ont également été intégrées dans les plans de travail. Des robinets « mains-libres » et un distributeur de savon sortent d’un second volume plus élevé situé derrière l’armoire du dentiste. Cette console comprend également le distributeur de serviettes en papier et un écran avec vue sur l’entrée. Tout y est accessible via le panneau arrière amovible.

“J’en avais assez d’un cabinet aux allures désordonnées et aux plans de travail bondés.”

L’appareil à ultrasons est également proprement rangé dans un tiroir et est uniquement visible lorsque l’on l’utilise. Il en va de même pour les autres appareils tels que les mélangeurs, l’électrotome et le localisateur d’apex.

 

 

Ce dentiste travaille depuis des années avec le système kart, qui donne selon lui au patient une sensation de plus grande liberté. Depuis son fauteuil gris métallisé d’Ultradent, le patient profite de la vue sur le bassin de jardin. “Je suis partisan d’une sensation d’espace ouvert. Mon espace de stérilisation est également semi-ouvert. Avec un peu de discipline, les raviers et le matériel utilisés sont directement traités entre deux interventions. Les patients entrent toujours dans un espace propre et net.”

 

Ce qui donne également une agréable impression, c’est le fait que le soleil peut entrer tout au long de la journée. Grâce aux parois vitrées mattes, la lumière du soleil est filtrée et pénètre ainsi jusque dans les moindres recoins du cabinet central. L’air conditionné assure des conditions de travail constantes et optimales. L’unité interne, les conduits d’aspiration et de soufflerie sont subtilement masqués via des rainures fraisées dans les parois et les faux plafonds de sorte qu’aucune grille dérangeante ne reste visible.

 

La femme du dentiste pratique la peinture pour hobby. Cela se remarque directement, dès que vous rentrez dans le cabinet. Ses œuvres sont exposées dans la salle d’attente, dans le hall et dans le bureau. Les couleurs chaudes des peintures contrastent harmonieusement avec les couleurs plus froides des murs et sont visibles depuis le cabinet à travers la paroi vitrée.

“Nous avions depuis longtemps dans l’idée d’exposer des peintures dans le cabinet. Auparavant, hélas, ce n’était pas possible, mais à présent que nous disposons de l’espace nécessaire, avec ces grands murs, nous pouvons les exploiter de manière optimale.”

 

Le souci du détail se remarque également aux portes intégrées : les encadrements de portes possèdent une petite rainure en U, qui crée un bel effet d’ombre. Les charnières de portes Soss ont-elles aussi été intégrées de sorte à ne pas être visibles. Par ces deux interventions en les radiateurs intégrés, les murs ne forment qu’une seule ligne sobre.

A l’exception du plafond du plan de travail, tous les luminaires sont intégrés à plat dans le plafond, les murs ou le sol. Cela rend l’ensemble encore plus sobre.

 

Un autre détail marquant est la porte vitrée coulissante automatique qui sépare le hall d’entrée et la salle d’attente du cabinet en lui-même. La plupart du temps, les deux parties d’une porte coulissante se chevauchent partiellement. Mais grâce à un système ingénieux, cela na pas été nécessaire et les deux parois vitrées coulissent parfaitement l’une contre l’autre. En position fermée, on ne voit même pas qu’il s’agit d’un passage. Une fois ouvertes, la partie coulissante disparaît dans un faux plafond. Le verre est totalement mat, sauf pour une petite partie de la paroi fixe. Celle-ci est restée claire, ce qui augmente encore l’effet de profondeur depuis le hall d’entrée.

 

“J’entends souvent comme réaction des patients qu’ils n’ont pas l’impression d’être dans un cabinet dentaire”, déclare Luc Demeester. Lorsque je sors, je pense exactement la même chose : étais-je en fait dans une ancienne banque, un cabinet dentaire ou une exposition d’art moderne ? En tous les cas, un projet franchement réussi !

 

 

 

Retour au résumé