Prix de thèse ADF - Dentsply

PARIS, France : Ouvert chaque année depuis 17 ans, aux jeunes praticiens venant de soutenir leur thèse de doctorat d’exercice en chirurgie dentaire, le prix de Thèse ADF/Dentsply remporte un succès croissant, récompensant l’excellence et encourageant les jeunes à se surpasser. Cette année 74 thèses, issues de 15 universités françaises, ont été proposées. Cela montre une implication importante et un intérêt croissant de toutes nos Facultés pour ce prix.

Quatre prix répartis en 3 catégories étaient proposés à la sélection : une catégorie réservée aux travaux de recherche, une seconde réservée à des travaux bibliographiques, à la présentation de pathologies rares ou à des enquêtes épidémiologiques et enfin une troisième destinée aux thèses culturelles, sociétales ou à un « coup de coeur » du jury.

 

Le jury était composé par Anne Claisse-Crinquette, Président du prix ADF/Dentsply, et par Philippe Bouchart et Charles Micheau, respectivement Président et Secrétaire scientifiques du Congrès de l’année. Treize ouvrages ont finalement été retenus pour participer à la finale de ce prix et ils ont été présentés oralement par leurs auteurs durant 10 minutes, devant un jury pluridisciplinaire composé de personnalités représentant les disciplines cliniques et de recherches impliquées dans les travaux retenus. Ce jury réunissait cette année : Gérard Aboudharam, Marc Bolla, Hervé Bourlier, Frédéric Cuisinier, Didier Griffiths, Dominique Guez, Daniel Perrin, Christian Verner.

 

À la suite des présentations dans l’une ou l’autre des 3 catégories, et à l’issue de la délibération du jury, quatre thèses ont été retenues comme étant celles qui répondaient le mieux aux critères requis.

 

Pour sa thèse concernant « L’art dentaire dans l’Egypte antique », le docteur Pauline Ledent à la Faculté de Bordeaux, reçoit le « prix de la Culture » ADF/Dentsply et se voit attribuer une récompense de 1 000 Euros. Le Dr Ledent a montré que les médecins égyptiens peuvent être considérés comme les précurseurs de la médecine occidentale et qu’ils ont su se soustraire progressivement à la magie et dégager précocement une vision rationnelle de la médecine.

 

Le docteur Kevimy Agossa se voit décerner le « Prix de la meilleure thèse bibliographique » et attribuer une récompense de 1 000 €, pour son travail sur l’« Intérêt de la scintigraphie osseuse dans la prise en charge des ostéonécroses des maxillaires liées aux biphosphonates ». Cette étude a fait toucher du doigt la discordance qui existe entre les signes cliniques tardifs et l’importance réelle de la pathologie. L’amélioration de la prise en charge pourrait venir d’une approche fonctionnelle grâce à l’imagerie nucléaire en général et à la scintigraphie osseuse en particulier.

 

Les 2 thèses primées dans la catégorie « Recherche », sont des études qui s’inscrivent dans la cadre de la médecine régénérative.

 

Le 1er prix porte sur une « Méthode de suivi des cellules souches dans le cadre de l’ingénierie tissulaire : évaluation expérimentale d’une méthode de fluorescence utilisant la protéine Td Tomato ». Cette étude concerne une technique d’imagerie : la fluorescence liée à la protéine Td Tomato. Le docteur Audrey Aussel de l’Université de Bordeaux, se voit remettre le « 1er Prix de Recherche ADF/Dentsply ». Elle représentera la France lors de la session annuelle du congrès de l’Association dentaire américaine (ADA) à San Antonio (Texas) et se verra remettre une allocation d’hébergement et de frais de séjour ainsi qu’une bourse de 1 600 Euros.

 

Le 2e prix est attribué au docteur Morgane Wanner pour un remarquable travail soutenu à l’Université de Strasbourg sur « La régénération endodontique : étude expérimentale ». Le but de l’étude était de tester des membranes nanofibreuses et microporeuses de PCL comme supports implantables possibles à la régénération endodontique. Le docteur Morgane Wanner se voit remettre un chèque de 1 400 €.

Source: Dental Tribune International

 

 

 

SuivantPrécédent